« Yoki » et « Eliott » d’Olivier Latyk et Françoise de Guibert

Deux séries destinées aux tout petits et magnifiquement illustrées par Olivier Latyk.

Yoki est le doudou de la classe. Chaque semaine, la maîtresse Amélie organise un tirage au sort. l’enfant choisi a la chance d’emporter Yoki chez lui, tout le week-end !

photo-de-classervb

J’ai rencontré l’auteur au salon du livre de Genève l’année dernière et j’ai la chance d’avoir pu faire dédicacer « Yoki le doudou chez le docteur » ! Comme mon fils a aussi choisi un lapin comme doudou, j’espère qu’il appréciera le magnifique dessin d’Olivier Latyk ! Il m’a expliqué qu’il s’inspirait beaucoup de sa propre vie de famille et que c’est sa fille qui un week-end ramena un doudou de l’école à la maison. Et hop ! voilà une petite série ! Quelle chance ! J’aimerais bien être la maîtresse qui voit ainsi ses idées valorisées !

9782330048389

Sarah ramène Yoki à la maison et prévoit de jouer au foot samedi avec Lila. Le lendemain matin, elle se réveille fatiguée et malade. Sa maman l’emmène chez le docteur. Sarah prend Yoki avec elle. Le docteur commence par examiner Yoki. Il regarde dans ses oreilles, écoute son coeur et sa respiration. Il conseille à Sarah de garder Yoki au chaud tout le week-end car il a un rhume. Puis il examine Sarah. Elle devra également se reposer tout le week-end. Sarah joue avec sa maman, elles dessinent et lisent des histoires. Lila rend visite à son amie le dimanche et lui offre un déguisement de docteur. Ensemble, elles jouent à soigner Yoki et le voilà guéri, prêt à retourner à l’école !

9782330034566

Amir est content de ramener Yoki à la maison et de lui apprendre à nager car il ira à la piscine avec sa maman. Il prépare son sac et n’oublie pas ses brassards, ses lunettes de piscine, son maillot et une grande serviette. Amir enfile son maillot de bain tout seul et prend sa douche avec Yoki. Le doudou n’a pas froid et s’amuse beaucoup dans l’eau. Amir apprend à nager la brasse avec sa maman. La maman d’Amir monte tout en haut du plongeoir et saute sans hésitation. Yoki et Amir sont impressionnés. Puis, ils descendent tous ensemble le long toboggan rouge. A la pataugeoire, Amir croise Rose et son papa. Mais où est passé Yoki ? Il a disparu. Ouf ! le maître nageur le ramène, encore une traversée et ils rentrent . La piscine, ça donne faim, Amir mange une pomme et est presque prêt pour aller se coucher.

Dans la série  « Yoki le doudou » :  » La mer », « Le parc », « Le musée », « L’anniversaire »

Et un blog avec des fiches pédagogiques, des coloriages, des fonds d’écran… ici

product_9782070664184_195x320

Cette fois, le héros est un mignon petit tigre. Olivier Latyk et Françoise de Guibert se sont aussi inspirés de leur quotidien pour écrire ces histoires.

Pendant les vacances, Eliott part chez ses grands-parents tout seul. La maman  d’Eliott l’amène en voiture. Il trouve plein d’idées pour s’occuper durant le trajet, grignoter, jouer, faire des grimaces, dormir mais le voyage est très long. Enfin, voilà la maison des grands-parents. Eliott dort dans la chambre de sa maman quand elle était petite. Il va au jardin regarder si les haricots ont bien grandi depuis la dernière fois où il les avait plantés. Mais ce qui l’intéresse le plus, c’est d’aller à la mer. Il est le roi des châteaux de sable, de l’escalade et de la pêche au crabe. Il a même droit à une glace aux fraises et le lendemain pour le petit déjeuner Maminette prépare des crêpes.

Un joli récit pour raconter l’importance des grands-parents et les jolies surprises qu’ils nous réservent…

Dans cette série :  » Eliott à la mer », « Eliott à l’école », « Eliott adore jardiner », « Eliott cuisine avec son papa », « Eliott n’aime pas qu’on l’embête », « Eliott attend Noël », « L’école d’Eliott », « Eliott fête son anniversaire », « Eliott dort chez son copain », « Eliott n’a pas sommeil ».

J’aime bien ces deux séries qui illustrent bien le quotidien des petits et leur permet de discuter autour de thématiques importantes à leurs yeux.

« Yoki le doudou chez le docteur », Olivier Latyk, Acte Sud junior, 2015.

« Yoki le doudou la piscine », Olivier Latyk, Acte Sud junior, 2014.

« Eliott part en vacances », Françoise de Guibert, Olivier Latyk, Gallimard Jeunesse, 2015.

Publicités

« J’ai tué papa » de Mélanie Richoz

Antoine, né le 3 . 3 . 2003, aime le chiffre trois. A la maison il y a trois personnes, maman, papa et lui. Tous les lundis matins, Antoine tue son papa au petit-déjeuner. C’est leur blague avec son papa quand celui-ci annonce : « Et encore une semaine à tuer, Antoine ! « . Semaine après semaine, ils font la même blague car Antoine aime la répétition et apprécie de savoir quand il faut rigoler. Mais ce matin-là, papa ne se relève pas.

J’aime bien blaguer…et j’aime bien que les blagues soient toujours les mêmes; comme ça je sais exactement à quel moment rigoler. Et surtout comme ça,  je sais qu’il s’agit d’une blague.

Nous découvrons ensuite le quotidien d’Antoine, jeune atteint de trouble du spectre de l’autisme, les questionnements de sa maman et les pensées de son papa dans le coma.

Moi qui ai de la peine à supporter le regard d’une seule personne, j’ai perdu les pédales (« perdre les pédales » est une expression qui signifie « paniquer »; parce que non, je ne faisais pas du vélo dans le réfectoire. Je déteste le vélo).

Ce livre sonne très juste et dresse un portrait touchant de ce jeune garçon. C’est intéressant car Antoine est un autiste de haut niveau et il a appris et arrive à expliquer ce qu’il ressent. A l’image de Josef Schovanec, qui est cité en début de livre, il éclaire les personnes ordinaires sur ce qui se passe dans la tête de toutes les personnes extra-ordinaires. On peut mesurer alors les obstacles qui se présentent à toutes les personnes atteintes du spectre de l’autisme et pour lesquelles, il est difficile de communiquer.

Je recommande évidemment ce livre à tous les enseignants qui accueillent un enfant atteint du spectre de l’autisme dans sa classe mais aussi aux ados qui en côtoient dans leur classe et au grand public car il est temps de mieux connaître l’autisme.

« J’ai tué papa » de Mélanie Richoz, Editions Slatkine, 2015.

blog

Source : blog des Editions Slatkine

Sur le même sujet : 

  • « Le Petit Prince cannibale » de Françoise Lefèvre, Actes Sud, 2005.
  • « Le bizarre incident du chien pendant la nuit » de Mark Haddon, Pocket, 2005.
  • « Je suis né un jour bleu » de Daniel Tammet, J’ai lu, 2009.
  • « Ma vie d’autiste » de Temple Grandin, Odile Jacob, 1999.

Daniel Tammet et Temple Grandin sont des autistes de haut niveau. Leur témoignage est magnifique.